La prostatite chronique bactérienne ne représente qu’environ 5 à 10 % de l’ensemble des prostatites chroniques. À la terminologie classique de prostatite chronique non bactérienne s’est substituée celle de prostatite chronique / syndrome douloureux pelvien chronique (PC/SDPC).  Le PC/SDPC est défini par une douleur pelvienne chez l’homme présente pendant au moins 3 des 6 mois précédents et sans cause identifiable. Les autres symptômes comprennent des difficultés de miction obstructives ou irritatives, des douleurs éjaculatoires et une hématospermie. Le retentissement sur la qualité de vie est notable et le niveau de douleur fortement associé à des troubles sexuels.

Dans les guidelines 2018 de l’ European Association of Urology (EAU) concernant le traitement du PC/SDPC [1], l’acupuncture apparait avec une recommandation forte et le niveau de preuve le plus élevé (1a). Cette recommandation est basée sur deux revues systématiques publiées en 2016 et 2017 [2,3] mettant en évidence l’efficacité de l’acupuncture versus acupuncture factice.  L’EAU énonce seulement deux autres recommandations thérapeutiques fortes avec niveau de preuve 1a, mais celles-là avec des limitations notables :

  • traitement par α-bloquants chez les patients avec PC/SDPC évoluant depuis moins d’un an ;
  • traitement par antibiotiques (quinolones ou tétracyclines) chez les patients avec PC/SDPC évoluant depuis moins d’un an, et naïfs de traitement (n’ayant pas encore reçu de traitement pour le PC/SDPC).

L’EAU actualise ses recommandations tous les ans, et il est ainsi facile de suivre leur évolution. En ce qui concerne l’acupuncture on observe une progression au fil du temps du niveau de preuve scientifique et en conséquence du grade des recommandations (tableau I).  Cette évolution s’observe également dans d’autres pathologies comme la fibromyalgie [4] ou la migraine [5] et parait une caractéristique assez générale dans le champ de l’acupuncture.

Tableau I. Évolution des recommandations de l’ European Association of Urology (EAU) concernant l’acupuncture dans le  PC/SDPC. La classification utilisée par l’EAU est adaptée de celle de l’Oxford Centre for Evidence-Based Medicine Levels of Evidence, avec de petites modifications dans le temps.

Élément  notable, les recommandations 2018 de l’EAU concernant l’acupuncture sont renforcées par une revue systématique de la Cochrane Collaboration parue également en 2018 et réalisée par une équipe internationale d’urologues [6]. Dans cette revue portant sur l’ensemble des thérapeutiques non-médicamenteuses, l’efficacité de l’acupuncture versus acupuncture factice est confirmée et la qualité de preuve est énoncée élevée selon la méthode GRADE.

La même équipe a  ensuite publié en 2019, toujours dans le cadre de la Cochrane, une autre revue portant cette fois sur les traitements médicamenteux [7]. La qualité des preuves concernant les α-bloquants est évaluée très basse  avec une augmentation des effets secondaires, et basse pour les antibiotiques.

Dans le PC/SDPC, l’acupuncture apparait ainsi comme un traitement de première intention avec comparativement aux autres thérapeutiques le niveau preuve le plus solide, et le moins d’effets indésirables.

Johan Nguyen

Références


  1. Engeler D, Baranowski AP, Borovicka J et al. EAU Guidelines on Chronic Pelvic Pain, European Association of Urology (EAU). 2018. [207489]. |doi|.
  2. Qin Z, Wu J, Zhou J, Liu Z. Systematic Review of Acupuncture for Chronic Prostatitis/Chronic Pelvic Pain Syndrome. Medicine (Baltimore). 2016;95(11):e3095. [166513]. |doi|.
  3. Chang SC, Hsu CH, Hsu CK, Yang SS, Chang SJ. The efficacy of acupuncture in managing patients with chronic prostatitis/chronic pelvic pain syndrome: A systemic review and meta-analysis. Neurourol Urodyn. 2016;1-8. [52573]. |doi|.
  4. Goret O, Nguyen J, Pernice C, Gerlier JL.  Fibromyalgie : évaluation de l’acupuncture. Centre de preuves en acupuncture. Avril 2020. | URL |.
  5. Goret O, Nguyen J, Pernice C. Migraines : évaluation de l’acupuncture. Centre de preuves en acupuncture. Mai 2020.  |URL|.
  6. Franco JV, Turk T, Jung JH, Xiao YT, Iakhno S, Garrote V, Vietto V. Non-pharmacological interventions for treating chronic prostatitis/chronic pelvic pain syndrome. Cochrane Database Syst Rev. 2018. [100563]. |doi|.
  7. Franco JV, Turk T, Jung JH, et al. Pharmacological interventions for treating chronic prostatitis/chronic pelvic pain syndrome. Cochrane Database Syst Rev. 2019. [206340]. |doi|.


Mots-clés : Douleur - Fausse acupuncture - Institution - Recommandation de bonne pratique - Urologie