Dans le syndrome du canal carpien, le traitement avec des points locaux homolatéraux est le plus usuel. Une étude clinique pose la question de l’intérêt de l’ajout des points 3F et 4F controlatéraux au traitement local [1]. 60 patients avec syndrome du canal carpien (SCC) léger à modéré sont randomisés (table de nombres aléatoires) en deux groupes :

  • Groupe de contrôle traité par points locaux homolatéraux (6MC, 7MC, 8MC, 10P, 4GI).
  • Groupe expérimental  traité avec les mêmes points mais avec l’ajout des points 3F et 4F controlatéraux.

Dans les deux groupes les points locaux sont stimulés en méthode de mi-tonification mi-dispersion avec recherche du deqi (sensation de décharge électrique). Dans le groupe expérimental, la technique de dispersion par enfoncement-retrait est utilisé au niveau des 3F et 4F. Le traitement comporte une séance quotidienne de 30 minutes, 3 séries de 10 séances, soit 30 séances (tableau 1).

Tableau 1. Protocoles d’acupuncture de l’étude [1].

Les critères d’évaluation utilisés sont :

  • l’efficacité thérapeutique globale selon les normes de la Société chinoise de Médecine physique et rééducation avec un classement du résultat en 4 groupes ;
  • le questionnaire de Levine ou de Boston (BTCQ), avec deux sous-échelles  portant sur la sévérité des symptômes (SSS) et de l’atteinte fonctionnelle (FSS) ;
  • le questionnaire d’évaluation du poignet PRWE (Patient-Rated Wrist Evaluation) à 15 items, 5 sur la douleur et 10 sur la fonction ;
  • la mesure par électromyogramme de la vitesse de conduction sensitive du nerf médian et de l’amplitude.

A la fin du traitement le taux d’efficacité global du groupe expérimental est significativement plus élevé que dans le groupe de contrôle (p< 0,05). Le BTCQ et le PRWE sont améliorés dans les deux groupes que ce soit sur les symptômes ou la fonction, mais les résultats sont significativement supérieurs dans le groupe expérimental (p< 0,05), de même en ce qui concerne la vitesse de conduction sensitive et l’amplitude à l’EMG (p<0.05).

L’étude suggère donc que l’ajout des 3F et 4F au traitement usuel améliore les résultats.

La technique juci


La recherche sur le protocole optimal fait varier les traitements par acupuncture sur trois types de paramètres : les points, les techniques de stimulation ou les modalités temporelles.  L’objet de l’étude est donc ici le choix des points en étudiant l’intérêt de ce qui correspond au cadre général de la puncture juci (puncture controlatérale, « grande piqure »). Cette technique a de nombreuses modalités d’application [2,3].  Dans l’étude il s’agit de la puncture croisée ou en diagonale combinant puncture controlatérale et puncture distale sur le méridien homonyme du membre opposé [4,5].  L’atteinte du nerf médian situé au niveau du juyeyin de la main est traitée par des points du jueyin du pied controlatéral (3F et 4F).

Cette technique est couramment utilisée dans les pathologies traumatiques [6,7] ou rhumatologiques, comme par exemple l’épaule douloureuse [8].  

Sur les 22 essais contrôlés randomisés (comportant 23 bras d’acupuncture réelle) que nous avons identifiés dans quatre revues systématiques portant sur le syndrome du canal carpien [9-12],  deux autres études utilisent cette puncture croisée avec des points distaux et controlatéraux [13,14], soit  13% des essais cliniques. Notons une hétérogénéité dans les points utilisés (tableau 2).

Tableau 2. Utilisation de la puncture croisée dans les essais cliniques.

Les points locaux


Par contre au niveau local, les points utilisés (6MC, 7MC, 8MC, 4GI et 10P) sont parmi les plus courants dans les essais cliniques, traduisant un certain consensus (tableau 3).

Tableau 3. Points les plus fréquemment utilisés dans 20 protocoles d’acupuncture locale (17 points cités) [9-12]. Voir l’ensemble des protocoles [➱]

Implication d’un double mécanisme


L’action de points locaux et de points distaux sur le syndrome du canal carpien est étudiée dans un autre essai clinique [14]. Les patients sont randomisés en trois groupes traités par acupuncture locale homolatérale, distale controlatérale (34VB, 6Rte, 4F, 3Rn) ou  acupuncture factice. A la fin du traitement (16 séances sur 8 semaines), aucune différence clinique n’est observée entre les trois groupes, mais à trois mois les deux groupes d’acupuncture réelle (locale et distale) montrent une amélioration significative par rapport à l’acupuncture factice.  Dès la fin du traitement il est observé  dans les groupes acupuncture réelle une amélioration significative de la vitesse de conduction sensitive  à l’électromyogramme, ainsi que des modifications à l’ IRM fonctionnelle (amélioration de l’anisotropie fractionnelle au niveau de zones du cortex somatosensoriel primaire (S1)).  Ces améliorations sont prédictives de l’amélioration clinique trois mois après.  Les auteurs suggèrent que l’action de l’acupuncture passe par deux mécanismes impliquant une action directe locale sur la fonction du nerf médian (acupuncture locale), mais également une action indirecte descendante à partir d’un « recâblage » du cortex somatosensoriel primaire (acupuncture locale ou distale) [14].

Olivier Goret

Références


  1. Chen L, Xue L, Li S, Kang T, Chen H, Hou C. [Clinical research on mild and moderate carpal tunnel syndrome treated with contralateral needling technique at distal acupoints and acupuncture at local acupoints]. Chinese Acupuncture and Moxibustion. 2017;37(5):479-482. [42677].  |doi |.
  2. Hu Jinsheng. What are the similarities and differences between ju-ci and miao-ci ? How are these applied clinically ? Journal of TCM. 1994;14(4):312-3. [49000].
  3. Jiang Qingqi. [The clinical application of long-distance puncture method]. Journal of Clinical Acupuncture and Moxibustion. 1997;13(6):33. [210806].  |doi |
  4. Hu Jinsheng. How to apply the method of selecting the corresponding points from the channel of same name? Journal of TCM. 2002;22(4):308.   [109137].  | doi |
  5. Hu Jinsheng. Principle of correspondence in homonomial channels : its use in acupuncture clinic. International Journal of Clinical Acupuncture. 1992;3(1):79-80. [35643].
  6. Jin Yanli. Eighty cases of soft tissue injury treated with local contralateral needling method. World Journal of Acupuncture-Moxibustion. 1995;5(1):30-2. [12679]
  7. Goret O, Nguyen J, Phan-Choffrut F. Traitement des entorses aiguës de la cheville par point distal unique. Acupuncture & Moxibustion. 2017;16(1):98. [99699]. |URL |
  8. Liu Guangting et al. Needling at contralateral yanglingquan in treatment of shoulder periarthritis : report of 115 cases. International Journal of Clinical Acupuncture. 1993;4(3):297-300.  [48745].
  9. Sim H, Shin BC, Lee MS, et al. Acupuncture for carpal tunnel syndrome: a systematic review of randomized controlled trials. J Pain. 2011;12(3): 307–314. [135962]. |doi|
  10. Choi GH, Wieland LS, Lee H, Sim H, Lee MS, Shin BC. Acupuncture and related interventions for the treatment of symptoms associated with carpal tunnel syndrome. Cochrane Database Syst Rev. 2018.  [193265]. | URL |
  11. Wang Qingsong, Zhang Jun, Chen Huaxian, Ding Xudong. [Acupuncture in patients with carpal tunnel syndrome: a meta-analysis]. Journal of Modern Medicine & Health. 2019;4:514-517.   [201733]. | doi |
  12. Wu IX, Lam VC, Ho RS, et al. Acupuncture and related interventions for carpal tunnel syndrome: systematic review. Clin Rehabil. 2020;34(1):34-44. [204222].  | doi |
  13. Yao E, Gerritz PK, Henricson E, et al. Randomized controlled trial comparing acupuncture with placebo acupuncture for the treatment of carpal tunnel syndrome. PM R. 2012;4(5):367–373. [169302]. | doi |
  14. Maeda Y, Kim H, Kettner N, et al. Rewiring the primary somatosensory cortex in carpal tunnel syndrome with acupuncture. Brain. 2017;140(4):914–927.  [192228]. | doi |



Mots-clés : Protocole optimal - Rhumatologie - Techniques thérapeutiques