L’électroacupuncture parait être une des techniques d’acupuncture les plus efficaces dans le traitement de la gonarthrose [1,2]. Mais se pose la question des paramètres de la stimulation électrique et particulièrement de la fréquence optimale.

Un essai contrôlé randomisé [3] vise à répondre à la question en comparant chez 97 patients avec gonarthrose (critères de la Chinese Society of Orthopedics, Chinese Medical Association), l’efficacité de trois types de fréquences (fig. 1) :

  • fréquence continue à 10Hz.
  • fréquence alternée :  alternativement 2 Hz/ 10 Hz.
  • fréquence discontinue : trains d’ondes à 10 Hz séparés par une plage libre.
Figure 1. Les trois modalités d’ondes utilisées : continue, alternée et discontinue (les fréquences et périodes ne correspondent pas à celles de l’étude).

Dans les trois groupes tous les autres éléments du protocole sont identiques (fig. 2), douze séances sont effectuées sur quatre semaines. L’évaluation est faite sur l’échelle de Lysholm  ainsi que le dosage du transforming growth factor-β1 (TGF-β1) dans le liquide synovial avant et après traitement.

L’échelle de Lysholm est une échelle à huit items (boiterie, utilisation de canne, accroupissement, montée et descente des escaliers, épanchement, blocage et accrochage, stabilité et douleur). Le TGF-β1 est un facteur de croissance impliqué dans les mécanismes de réparation du cartilage.

Figure 2. Protocole d’acupuncture de l’étude [3].

Sur l’échelle de Lysholm une amélioration est observée dans les trois groupes, mais l’effet dans les groupes fréquence alternée et fréquence continue est significativement supérieur à celui du groupe fréquence discontinue.

Dans les trois groupes on observe une augmentation de TGF-β1 après traitement. L’effet dans le groupe fréquence alternée est significativement supérieur à celui des deux autres groupes (p<0.05).

Les auteurs concluent que la fréquence alternée 2 Hz / 10 Hz parait être la fréquence optimale. Elle présente également l’avantage d’un point de vue pratique durant la séance de limiter l’adaptation et l’accoutumance par le patient .

Commentaires


L’appareil utilisé est le G6805-II (fig. 2). Ce stimulateur est historiquement l’appareil de référence en électroacupuncture. Il reste, sous ses différentes versions, le plus utilisé (29%) dans les études cliniques et expérimentales, avant le Han’s acupoint nerve stimulator (HANS (19%) et le Huatuo SDZ-II6 (13%) [4].

Type d’onde, périodicité et fréquence sont réglés par trois boutons dédiés (fig. 3).

Figure 3. Le G6805-II. Le bouton 3 permet de choisir le type d’onde. DD (pour dense-disperse) : fréquence alternée, INT (pour intermittent ) : fréquence discontinue, SUC (pour successive) fréquence continue. Le bouton 13 permet de régler la fréquence continue de 0.6 à 100 Hz. Le bouton 2 règle la périodicité des fréquences discontinues ou alternée.


Le grand essai que nous avons rapporté précédemment [5,6] montrait également une efficacité de l’électroacupuncture à fréquence alternée, mais en utilisant une association 2 Hz / 100 Hz au lieu de 2 Hz / 10 Hz ici, c’est à dire une alternance de basses fréquences.

Dans une revue systématique sur l’électroacupuncture dans la gonarthrose, Shin et coll identifient 21 essais contrôlés randomisés pour lesquels la fréquence utilisée est renseignée [7]. Seize (76%) utilisent une fréquence continue et cinq une fréquence alternée (24%). Si on considère la fréquence alternée comme le traitement optimal, observons que l’inclusion fortement majoritaire d’études utilisant une fréquence continue va tendre à minorer l’effet de l’électroacupuncture dans la méta-analyse.

Parmi les fréquences continues huit ECR utilisent des fréquences < 8 Hz, et quatre des fréquences entre 15 et 40 Hz. Les fréquences alternées sont également variables : 2 / 6 Hz (1), 2/ 15 Hz (1) ou 2/ 100 Hz (2).

On sait depuis Han Jisheng [8] que différentes fréquences de stimulation induisent la libération de peptides opioïdes différents (fig. 4). Par exemple, une électrostimulation de 2 Hz accélère la libération d’enképhaline, de bêta-endorphine et d’endomorphine, tandis que celle de 100 Hz augmente sélectivement la libération de dynorphine. Une combinaison des deux fréquences produit une libération simultanée des quatre peptides opioïdes, pouvant entrainer un effet antalgique maximal [8]. Mais l’étude rapportée ici utilise une alternance de fréquences basse et intermédiaire (2 / 10 Hz), et non basse – haute fréquences (2 / 100 Hz) comme le propose Han Jisheng.

Des essais cliniques récents sur la douleur postopératoire confirment l’intérêt de la fréquence alternée (2hz / 100 hz) par rapport aux fréquences continues (2 ou 100 Hz) [9,10].

Figure 4. Mécanismes possibles des effets analgésiques de l’acupuncture (Han Jisheng [8]). (a) Peptides opioïdes et récepteurs opioïdes impliqués dans l’analgésie par l’électroacupuncture à différentes fréquences. Endomorphine (Em), enképhalines (Enk) et β-endorphine (β-End) sont impliqués à 2 Hz avec les récepteurs μ et δ. Dynorphine A (Dyn) est impliquée à 100 Hz avec les  récepteurs κ.  À 15 Hz il y a une implication partielle de ces différents composants. (b) Modèle de l’effet analgésique synergique produit par une alternance de stimulation basse et haute fréquence. La stimulation à 2 Hz facilite la libération d’enképhaline, celle à 100 Hz stimule la libération de dynorphine. Les zones de chevauchement indiquent l’interaction synergique entre les deux peptides [8].

Johan Nguyen et Olivier Goret

Résumé graphique de l’étude


Références


  1. Chen N, Wang J, Mucelli A, Zhang X, Wang C. Electro-Acupuncture is Beneficial for Knee Osteoarthritis: The Evidence from Meta-Analysis of Randomized Controlled Trials. American Journal of Chinese Medicine. 2017;45(5):965-985. [182181]. |doi|.
  2. Li S, Xie P, Liang Z, Huang W, Huang Z, Ou J, Lin Z, Chai S. Efficacy Comparison of Five Different Acupuncture Methods on Pain, Stiffness, and Function in Osteoarthritis of the Knee: A Network Meta-Analysis. Evid Based Complement Alternat Med. 2018. [189184]. |doi|. 🔓
  3. Huang DE, Qin Y, Lin MN, Lai XL. [Clinical efficacy of different waves of electroacupuncture on knee osteoarthritis and its effect on TGF-β1 in joint fluid]. Chinese Acupuncture and Moxibustion. 2020;40(4):370-4. [188207]. |doi|.
  4. Wei Yu-yun, Xi Qiang, Guo Yi. Review on the development and application of electroacupuncture apparatus in the past 5 years in China. Journal of Acupuncture and Tuina Science. 2019;17(4):284. [202777]. |doi|. 🔓
  5. Tu JF, Yang JW, Shi GX, Yu ZS, Li JL, Lin LL, Du YZ, Yu XG, Hu H, Liu ZS, Jia CS, Wang LQ, Zhao JJ, Wang J, Wang T, Wang Y, Wang TQ, Zhang N, Zou X, Wang Y, Shao JK, Liu CZ. Efficacy of intensive acupuncture versus sham acupuncture in knee osteoarthritis: A randomized controlled trial. Arthritis Rheumatol. 2020;73(3):448-458. [212013]. |doi|.
  6. Goret O, Nguyen J. Traitement par acupuncture de la gonarthrose. Acupuncture, Preuves & Pratiques. Avril 2021. |URL|. 🔓
  7. Shim JW, Jung JY, Kim SS. Effects of Electroacupuncture for Knee Osteoarthritis: A Systematic Review and Meta-Analysis. Evid Based Complement Alternat Med. 2016:3485875. [199890]. |doi|. 🔓
  8. Han JS. Acupuncture: neuropeptide release produced by electrical stimulation of different frequencies. Trends in Neurosciences. 2003;26(1):17-22.   [168373]. |doi|.
  9. Long Q, Li Y, Li J, Wen Y, He B, Li YZ, Yue CC, DU WL, Wan C. [Effect of electroacupuncture preconditioning with different frequencies on anal pain after milligan-morgan hemorrhoidectomy]. Chinese Acupuncture and Moxibustion. 2019;39(5):477-81. [200402]. |doi|.
  10. Huang S, Peng W, Tian X, Liang H, Jia Z, Lo T, He M, Feng Y. Effects of transcutaneous electrical acupoint stimulation at different frequencies on perioperative anesthetic dosage, recovery, complications, and prognosis in video-assisted thoracic surgical lobectomy: a randomized, double-blinded, placebo-controlled trial. J Anesth. 2017;31(1):58-65. [181819]. |doi|. 🔓


Mots-clés : Essai contrôlé randomisé - Rhumatologie - Techniques thérapeutiques