Comment évolue dans le temps l’effet antalgique de l’acupuncture et quelle est la durée optimale d’un traitement ?   Une métanalyse cherche à répondre à cette question dans le cadre de la douleur chronique [1].  

L’ étude inclut les essais contrôlés randomisés (1) portant sur des patients avec douleur > 3 mois (épaule, cou, genou et lombes), (2) traités par acupuncture classique ou électroacupuncture (exclusion des autres techniques comme l’acupuncture auriculaire ou la laser-acupuncture), (3) comparant l’acupuncture vraie à une acupuncture factice ou à un traitement conventionnel (principalement AINS), (4) évaluant l’intensité de la douleur à l’aide de l’échelle visuelle analogique (EVA), de l’échelle d’évaluation numérique (NRS), de la sous-échelle domaine douleur du WOMAC ou du chronic pain grade scale (CPGS).

77 études sont incluses portant sur 8830 patients : 4779 pour l’ acupuncture vraie, 2550 pour l’acupuncture factice et 1501 pour le traitement conventionnel. 44 études (58.4%) sont considérées de bonne qualité à l’échelle de Jadad [2].

Il est réalisé une méta-analyse longitudinale qui permet de suivre l’évolution dans le temps de l’effet antalgique en utilisant les données intermédiaires à différents temps des études et non pas uniquement celles de fin de traitement [3]. 536 mesures sont ainsi utilisées.

Sur une échelle d’évaluation numérique (NRS) de 0 à 100, l’acupuncture entraine un effet maximum absolu de 34.9 points (épaule, cou et genou) et de 26.1 (lombes), l’acupuncture factice de 22.6 et le traitement conventionnel de 15.8.  

L’évolution de l’effet antalgique de l’acupuncture est ainsi analysée  : 50% de l’effet antalgique maximum est obtenu en 1.2 semaines, 80% en 5 semaines et 90% en 11 semaines (figure 1). Sur la base usuelle de 2 séances par semaine cela représente respectivement 2 à 3 séances (50%) , 10 séances (80%) et 22 séances (90% ). Les auteurs en concluent que la durée d’un traitement par acupuncture de la douleur chronique doit être d’au moins de 5 semaines, et que les meilleurs résultats sont obtenus avec 11 semaines ou plus.

 La courbe montre donc un effet antalgique d’installation rapide (1.2 semaine pour obtenir 50% de l’effet maximal), avec un plateau après 5-7 semaines où le gain apparait ensuite comme minime.  Cette courbe apparait similaire à celle que l’on peut observer dans d’autres pathologies comme par exemple dans la prostatite chronique / syndrome douloureux pelvien chronique (PC/SDPC) (figure 2) [4]. Mais durée de traitement et nombre de séances sont deux variables distinctes bien que liées.

Figure 1. Évolution du score de douleur (échelle d’évaluation numérique de 0 à 100) durant le traitement par acupuncture.
Les points représentent les données de chaque étude, et la taille du point est fonction du nombre de patients inclus. La ligne rouge médiane correspond au 50ème percentile (la moitié des données est au-dessus et l’autre moitié au-dessous) [1].
Figure 2. Traitement par acupuncture  de la prostatite chronique / syndrome douloureux pelvien chronique (PC/SDPC).  Évolution du NIH-CPSI (National Institutes of Health Chronic Prostatitis Symptom Index)  au cours des séances. On observe une amélioration rapide au cours des premières séances, puis à partir de 6-10 séances un plateau et une dégradation lente [4].

Cette étude se place donc dans le cadre de la recherche du protococle optimal dans la douleur chronique et plus particulierement sur les paramètres temporels [5].

Johan Nguyen

Références


  1. Li C, Pei Q, Chen Y, et al. The response-time relationship and covariate effects of acupuncture for chronic pain: a systematic review and model-based longitudinal meta-analysis. Eur J Pain. 2020.   [205776]. | doi |.
  2. Gerlier JL. L’échelle de Jadad pour approcher la qualité d’un essai contrôlé randomisé Acupuncture & Moxibustion. 2002;1(1-2):66-67.   [100975]. |URL |.
  3. Checchio T, Ahadieh S, Gupta P, et al. Quantitative Evaluations of Time-Course and Treatment Effects of Systemic Agents for Psoriasis: A Model-Based Meta-Analysis. Clin Pharmacol Ther. 2017;102(6):1006-1016. | doi |.
  4. Qin Z, Wu J, Xu C, Liu Z. Using meta-regression approach to explore the dose-response association between acupuncture sessions and acupuncture effects on chronic prostatitis/chronic pelvic pain syndrome. Ann Transl Med. 2019;7(6):116.   [197850]. | doi |.
  5. Nguyen J. Temporalités optimales du traitement par acupuncture de la douleur. Acupuncture, preuves et pratiques. Juin 2020.| URL |.


Mots-clés : Douleur - Protocole optimal - Urologie