D’un point de vue technique l’acupuncture se présente comme la stimulation appropriée à visée thérapeutique de points d’acupuncture.  Tout traitement par acupuncture présente ainsi 3 composantes : 1) Les points utilisés, 2) les techniques de stimulation appliquées, 3 ) les temporalités de la stimulation (durée de séance, nombre de séance et durée de traitement) [1]. Chacune de ces composantes a son importance, une analyse des pratiques professionnelles montre de grandes variations [2] et toutes les pratiques ne peuvent pas être considérées comme équivalentes. Un des enjeu de la recherche en acupuncture est de déterminer dans chaque pathologie le « protocole optimal », c’est-à-dire déterminer les modalités optimales pour chacun des paramètres considérés [3]. Il est possible d’approcher un protocole optimal à partir d’études cliniques ou expérimentales comparatives faisant varier le traitement sur un seul paramètre ou encore en effectuant des analyses en sous-groupe sur un ou plusieurs paramètres dans des revues systématiques d’essais contrôlés randomisés.

La médecine fondée sur les preuves ne vise ainsi pas seulement à déterminer l’efficacité d’un traitement, mais également les meilleures modalités possible de ce traitement. On perçoit que ces deux éléments sont liés et l’efficacité de l’acupuncture telle qu’elle peut être étudiée dans des méta-analyse est impactée par la prise en compte de protocoles avec des modalités considérées comme non optimales sur différents paramètres (par exemple profondeur de puncture, recherche de deqi ou nombre de séances). La différence avec les traitements médicamenteux est à relever puisque dans ce cas le protocole optimal (posologie, modalités de prise …) est déterminé en amont dans les études précliniques, ou les essais de phase I et II .   

Une étude récente cherche ainsi à déterminer les temporalités optimales d’un traitement par acupuncture dans la douleur. 24 ECR avec 3461 patients sont inclus [4]. L’efficacité du traitement antalgique est évaluée à partir du pourcentage d’amélioration de la douleur avant et après traitement dans les groupes expérimentaux et les groupes de contrôles. Les différents paramètres temporels analysés sont :

  • Le durée de séance (D, en minutes) ;
  • La durée du traitement (T, en semaine) ;
  • Le nombre de séances (N) ;
  • La fréquence des séances (F = N/T, nombre par semaine) ;
  • La « dose » (= D x N / T, minutes par semaine )

Contrairement à ce qui pouvait être attendu, il n’est pas montré de relation linéaire entre effet thérapeutique et les différents paramètres temporels ( durée de séance, durée de traitement, nombre de séance, dose et fréquence). Augmenter les paramètres temporels ne se traduit pas par une augmentation de l’effet antalgique. Le meilleur effet parait être obtenu pour une dose de 30 minutes par semaine, alors qu’au niveau de la fréquence le moins bon résultat est obtenu à 2 par séances par semaine (figure 1).

Figure 1. Relation entre le nombre de séance et l’effet antalgique [4].

Les conclusions de l’étude sont en fait limitées par la forte hétérogénéité des pathologies douloureuses incluses, par le nombre et la nature même des essais avec une sous-représentation d’essais utilisant des paramètres temporels élevés. Ceci parait lié à l’absence d’inclusion d’études chinoises, élément étonnant alors que la publication est signée par une équipe de l’université de MTC de Shanghai.   Observons qu’une étude similaire concernant cette fois l’effet de l’activité physique dans la douleur chronique ne montre pas de relation linaire effet-dose, à l’exception du sous-groupe des cervicalgies [5].

L’intérêt premier de la publication présentée est de souligner la problématique temporelle dans les traitements par acupuncture, et de proposer un modèle d’analyse.  Le diagramme tridimensionnel de synthèse est une bonne illustration (figure 2).

Figure 2. Distribution tridimensionnelle des études mettant en relation trois facteurs temporels (axes durée de séance, durée de traitement, nombre de séance) et effet antalgique (couleur) [4].

Johan Nguyen

Références


  1. Goret O, Pernice C. Comment définir un traitement par acupuncture. Stratégies thérapeutiques dans la gonarthrose. XVIème Journées de la FAFORMEC Strasbourg. 2012:225-226.   [164342]. |URL|.
  2. Liu Liang, Yu Nan-Nan, Mou Ming-Yuan, Chen Ze-Lin, Guo Yi, Ken Takagi, Mizuno Kaito. Point selection characteristics and rules of acupuncture in treatment of depression based on data mining. World Journal of Acupuncture-Moxibustion. 2015;25(4):32.   [189325].  |doi|.
  3. Lu Hai, Zhang Chun-Hong. [Several key factors on optimal stimulation of Acupuncture]. Chinese Journal of Basic Medicine in TCM. 2019;25(3):350.   [197913].   |doi|.
  4. Chen YJ, Chen CT, Liu JY, Shimizu Bassi G, Yang YQ. What Is the Appropriate Acupuncture Treatment Schedule for Chronic Pain? Review and Analysis of Randomized Controlled Trials. Evid Based Complement Alternat Med. 2019.   [199971].  |doi|.
  5. Polaski AM, Phelps AL, Kostek MC, Szucs KA, Kolber BJ. Exercise-induced hypoalgesia: A meta-analysis of exercise dosing for the treatment of chronic pain. PLoS One. 2019;14(1):e0210418.   [203549].  |doi|.


Mots-clés : Douleur - Protocole optimal