Les revues systématiques (RS) et méta-analyse d’essais contrôlés randomisés sont considérées comme les données les plus pertinentes pour évaluer l’efficacité d’une thérapeutique. Mais encore faut-il que ces revues soient méthodologiquement bien conduites et l’outil AMSTAR (Assessing the Methodological Quality of Systematic Reviews ) est couramment utilisé en tant qu’instrument fiable et validé d’analyse de leur qualité méthodologique. La grille AMSTAR comporte 11 items portant notamment sur l’objectif de la revue, la stratégie de recherche documentaire, le processus de sélection des études, les caractéristiques des études retenues, l’évaluation de la qualité des études, la méthodologie employée pour la synthèse des résultats [1]. Il est ainsi possible d’établir ainsi un score de 0 à 11, permettant de classer une revue en qualité haute (9-11), moyenne (5-8) ou faible (0-4).

Une grande partie de la littérature concernant l’acupuncture est publiée comme attendu en Chine, mais posant la question sensible de leur qualité.  C’est à cette question qu’une étude récente cherche à répondre [2].  Est analysée la qualité des RS chinoises concernant l’acupuncture et publiées antérieurement à décembre 2017 dans quatre revues chinoises d’acupuncture indexées dans la Chinese Science Citation Database. Deux sont publiées en anglais (Journal of Acupuncture and Tuina Science et Word Journal of Acupuncture-Moxibustion) et deux en chinois (Chinese Acupuncture & Moxibustion et Acupuncture Research).

69 RS sont incluses avec un score AMSTAR moyen de 7.78 (±1.14). 14 études (20.3% ) sont considérées de haute qualité, 50 (72.5%) de qualité moyenne et 5 (7%) de faible qualité.  Les auteurs concluent à une qualité méthodologique d’ensemble « relativement élevée ».   Pour avoir une idée de la signification de « relativement élevée », il convient de se reporter à des études similaires dans d’autres domaines et sans limitation de pays source.

Le score moyen de 327 RS publiées au deuxième semestre de 2012 et indexées dans le Core Clinicals Journal de PubMed était de 6,96 les auteurs concluant à une qualité d’ensemble « suboptimale » [3].  Le « Core Clinicals Journal » est un sous-ensemble de PubMed incluant 119 revues de langue anglaise considérées comme présentant un intérêt immédiat pour les médecins praticiens (à la différence de revues de nature plus académique).

Le score moyen de 71 RS dans le domaine du traitement de la dégénérescence maculaire était de 5.8 (3.2) [4]. Sur 44 RS postérieures à 2009 concernant le traitement du syndrome de l’ovaire polykystique 34% étaient de qualité haute, 50% moyenne et 16% faible [5].  Une étude dans le domaine de la dentisterie portant sur 208 RS, identifie 22% de haute qualité, 52% de qualité modérée et 25% de faible qualité [6]. Mais observons que dans ces deux dernières publication, la définition des trois classes (qualité haute, moyenne ou faible) était moins sévère avec respectivement un score entre 8-11, 4-7 et 0-3.

On ne peut pas dire que la qualité d’ensemble des RS chinoises sur l’acupuncture soit inférieure à celles publiées dans d’autres domaines dans la littérature internationale.

La comparaison de 100 revues chinoises à 100 revues américaines indexées dans PubMed portant sur l’ensemble de la médecine et sélectionnées aléatoirement montre une absence de différence de score de qualité AMSTAR, 6.7 pour les revues chinoises et 6.6 pour les revues américaines [7].

Au total cela signifie que l’on ne peut présupposer d’une RS qu’elle soit de faible qualité du seul fait qu’elle porte sur l’acupuncture et/ou que les auteurs soient chinois.

Johan Nguyen

Références


  1. Shea BJ, Grimshaw JM, Wells GA, Boers M, Andersson N, Hamel C, et al. Development of AMSTAR: a measurement tool to assess the methodological quality of systematic reviews. BMC Med Res Methodol. 2007;7:10. [154772]. | doi |.
  2. Xu Y, Li S, Tang DP, Wang HM. [Quality evaluation of the Meta-analysis literature published by acupuncture journals in Chinese Science Citation Database]. Chinese Acupuncture and Moxibustion. 2019;39(11):1247-53.   [116238]. | doi |.
  3. Fleming PS , Koletsi D , Seehra J , Pandis N. Systematic reviews published in higher impact clinical journals were of higher quality. J Clin Epidemiol. 2014;67(7):754-9.   [143783]. | doi |.
  4. Downie LE, Makrai E, Bonggotgetsakul Y, Dirito LJ, Kristo K, Pham MN, You M, Verspoor K, Pianta MJ. Appraising the Quality of Systematic Reviews for Age-Related Macular Degeneration Interventions: A Systematic Review. JAMA Ophthalmol. 2018;136(9):1051-1061.| doi |.
  5. Gadalla MA, Norman RJ, Tay CT, Hiam DS, Melder A, Pundir J, Thangaratinam S, Teede HJ, Mol BWJ, Moran LJ. Medical and Surgical Treatment of Reproductive Outcomes in Polycystic Ovary Syndrome: An Overview of Systematic Reviews. Int J Fertil Steril. 2020 Jan;13(4):257-270. | doi |.
  6. El-Rabbany M, Li S, Bui S, Muir JM, Bhandari M, Azarpazhooh A. A Quality Analysis of Systematic Reviews in Dentistry, Part 1: Meta-Analyses of Randomized Controlled Trials. J Evid Based Dent Pract. 2017 Dec;17(4):389-398. | doi |.
  7. Tian J, Zhang J, Ge L, Yang K, Song F. The methodological and reporting quality of systematic reviews from China and the USA are similar. J Clin Epidemiol. 2017;85:50-8.   [141708]. | doi |.


Mots-clés : Bibliométrie - Revue systématique