Un essai contrôlé randomisé (ECR) est réalisé dans deux grands centres de cancérologie de Hong Kong visant à évaluer l’efficacité de l’acupuncture dans la neuropathie périphérique induite par chimiothérapie (NPIC) [1].  87 patients porteurs d’une NIPC sont randomisés en deux groupes : acupuncture avec soins standards (n=44) ou liste d’attente avec soins standards seuls (n=43) consistant en antalgiques et vitamines B12/B6. La durée du traitement est de 8 semaines à raison de 2 séances par semaine soit au total 16 séances (voir protocole tableau 1).

nvci
Tableau 1. Protocole d’acupuncture

Le critère de jugement principal est la sévérité de la douleur mesurée à partir du BPI, Brief Pain Inventory (test d’autoévaluation dont la version française est le Questionnaire Concis sur la Douleur, QCD) [2].  Les critères secondaires comportent une autoévaluation de la qualité de vie avec le FACT-NXT (Functional Assessment of Cancer Therapy/Neurotoxicity)  [3] ainsi qu’une évaluation clinique avec deux autres outils, le TNSc (Total Neuropathy Score–Clinical Version), et le CTCAE (Common Toxicity Criteria for Adverse Events).

Sur l’intensité de la douleur une amélioration significative est observée dans le groupe acupuncture par rapport au groupe de contrôle à la fin du traitement (8 semaines), cette amélioration persiste à 14 semaines, mais non à 20 (figure 1).  L’acupuncture améliore également le score de qualité de vie (FACT-NXT), cet effet persistant à 20 semaines.  Par rapport aux données de la littérature, les amplitudes des effets observés paraissent cliniquement importantes.  Un effet significatif est également observé sur les évaluations cliniques TNSC et CTCAE (sur cette dernière échelle uniquement sur le versant sensitif et non moteur).

Figure 1 : Évolution du score de sévérité de la douleur du Brief Pain Inventory (BPI).

Il s’agit donc d’un essai pragmatique montrant que l’acupuncture peut être une option valable dans la pris en charge des NPIC. Ce résultat est confirmé par une méta-analyse récente incluant 6 ECR de haute qualité méthodologique (échelle modifiée de Jadad) positive sur la douleur (BPI), et la qualité de vie (FACT-NXT) [4] avec néanmoins une absence d’effet sur la vitesse de conduction nerveuse. Il s’agit de la revue systématique évaluant l’acupuncture dans les NPIC la plus complète [5].

Notons également une évolution dans les recommandations de bonne pratique de l’American Society of Clinical Oncology (ASCO) qui en 2016 incluent l’acupuncture à la différence de celles de 2014 [6].

Olivier Goret

Références


  1. Molassiotis A, Suen LKP, Cheng HL, Mok TSK, Lee SCY, Wang CH, Lee P, Leung H, Chan V, Lau TKH, Yeo W. A Randomized Assessor-Blinded Wait-List-Controlled Trial to Assess the Effectiveness of Acupuncture in the Management of Chemotherapy-Induced Peripheral Neuropathy. Integr Cancer Ther. 2019;18:1-12.   [203375].|doi|
  2. Cleeland CS. The Brief Pain Inventory User Guide. 2009. [203519]. |URL|.
  3. Huang HQ, Brady MF, Cella D, Flemin G. Validation and reduction of FACT/GOG-Ntx subscale for platinum/ paclitaxel-induced neurologic symptoms: a Gynecologic Oncology Group Study. Int J Gynecol Cancer. 2007;17:387-93.   [203570].  |doi|.
  4. Chien TJ, Liu CY, Fang CJ, Kuo CY. The Efficacy of Acupuncture in Chemotherapy-Induced Peripheral Neuropathy: Systematic Review and Meta-Analysis. Integr Cancer Ther. 2019. [201982]. |doi|.
  5. Nguyen J, Pernice C.  Neuropathie périphérique induite par chimiothérapie : évaluation de l’acupuncture. Centre de preuve en acupuncture . Février 2020.  |URL|.
  6. Runowicz CD, Leach CR, Henry NL, Henry KS, Mackey HT, Cowens-Alvarado RL, Cannady RS, Pratt-Chapman ML, Edge SB, Jacobs LA, Hurria A, Marks LB, LaMonte SJ, Warner E, Lyman GH, Ganz PA. American Cancer Society/American Society of Clinical Oncology Breast Cancer SurvivorshipCare Guideline. J Clin Oncol. 2016;34(6):611-35. [198256]. |doi|.


Mots-clés : Essai contrôlé randomisé - Neurologie - Oncologie