Icon/Horloge Created with Sketch. 15.11.2023

3 commentaires

96- Quand Paul Ferreyrolles dévoile l’imposture de George Soulié de Morant.

Figure 1. George Soulié de Morant (1878-1955) et Paul Ferreyrolles (1880-1955).

George Soulié de Morant est la grande figure tutélaire de l'acupuncture en France. Son histoire officielle est bien connue. Durant son séjour à Pékin, une épidémie de choléra sévit (1902) et il est témoin de l'efficacité remarquable de l'acupuncture. Parallèlement à ses fonctions de Consul, il décide alors de s'intéresser de très près à la médecine chinoise, s'informant et s'instruisant auprès de praticiens chinois à Pékin, puis à Shanghai et Kunming. Sa compétence en acupuncture va être reconnue au plus haut niveau, le vice-roi du Yunnan lui décernant une très haute distinction, le "Globule de corail ciselé" (1908). En 1929 il publie son premier article avec Paul Ferreyrolles [1]. Incontestablement il s'agit là du point de départ du développement de l'acupuncture en France puis en Occident. La proposition de sa candidature au prix Nobel 1950 en tant que "candidat unique de la France" est le couronnement de sa carrière. Toute la légitimité de Soulié de Morant s'est construite sur sa formation à l'acupuncture en Chine. Ce sera son argument d'autorité, largement repris par ses élèves.

George Soulié de Morant nobélisable

En septembre 1949 Paul Mériel professeur d'hydrothérapie et climatologie de la faculté de médecine de Toulouse est désigné avec 122 autres universitaires dont 6 français (cinq toulousains et un strasbourgeois) comme "nominateur" pour le prix Nobel de physiologie. La constitution de ce panel est la première étape qui doit conduire à la désignation par l'assemblée Nobel du Karolinska Institutet du lauréat pour l'année 1950.

Chaque nominateur est chargé de proposer un nom et Paul Mériel propose George Soulié de Morant pour ses travaux sur l'acupuncture. C'est que Paul Mériel a la particularité de pratiquer l'acupuncture et de l'avoir apprise auprès de lui. Dans les courriers qu'il lui adresse, il utilise la formule de courtoisie "Cher Maitre", témoignant ainsi de sa reconnaissance.

Soulié de Morant est aussitôt informé et écrit à Jacques Émile Henri Niboyet, un autre de ses élèves : "Vous ai- je dit, pour la gloire de l’acuponcture que Paul Mériel choisi par la commission du Prix Nobel pour désigner le candidat de la France, m'a dit avoir donné mon nom pour le prix de physiologie" [2]. L'information diffuse rapidement dans le milieu de l'acupuncture française, et Soulié de Morant va se présenter par la suite comme ayant été "candidat unique de la France" [3].

Une telle présentation était un sujet d'interrogation parmi bien d'autres dans sa biographie officielle. Personne ne s'est jamais ainsi prévalu personnellement et publiquement d'une candidature au prix Nobel. Les candidatures sont présentées par des tiers et sont supposées rester secrètes avec un délai de communicabilité de 50 ans. De même les candidats le sont à titre individuel et non pas au titre d'un pays.

Le dossier relatif à l'attribution du prix Nobel de médecine de 1950 a été ouvert en 2000 [4]. Les cinq autres nominateurs français ont proposé la candidature du Pr Leriche pour ses travaux sur la chirurgie de la douleur (figure 2). Soulié de Morant n'était certainement pas candidat unique de la France, et s'il y avait un candidat des français, c'était le Pr Leriche.

Figure 2. Le journal "7 jours" du 23 janvier 1944. Double page sur le thème de la douleur. Face à face l'acupuncture de Soulié de Morant et la chirurgie de la douleur du Pr Leriche. Clin d'œil préfigurant la situation à venir de 1950. René Leriche a par ailleurs été le premier président du Conseil National de l'Ordre des Médecins (1940-1943). Toujours en 1950, le Conseil départemental de la Seine et le Syndicat National des Médecins Acupuncteurs portent plainte conjointement contre Soulié de Morant pour exercice illégal de la médecine.

Ceci dit, les échanges de correspondance entre les protagonistes montrent qu'il ne s'agissait pas pour eux d'une simple candidature de témoignage. Ils croyaient très sérieusement en la possibilité d'un Soulié de Morant prix Nobel de médecine.

C'est ainsi qu'au début de l'année 1950 Mériel et Niboyet vont s'employer à appuyer le dossier de Soulié de Morant auprès du comité Nobel. Ils envoient à Stockholm des résultats d'études préliminaires supposées convaincantes et activent leurs réseaux de relations personnelles. L'annonce du lauréat est attendue avec de grands espoirs et finalement aboutit à une désillusion.

Le prix Nobel 1950 sera attribué aux américains Edward Kendall et Philip Hench, et au Suisse Tadeus Reichstein pour leurs travaux sur les hormones du cortex surrénalien conduisant à l'isolement de la cortisone. Mériel écrit à Niboyet : "Cela me fait beaucoup de peine. Comment lui dire [à Soulié de Morant] que le prix Nobel n’a pas été pour lui cette année" [2].

Le témoignage de Paul Ferreyrolles

Par un étonnant concours de circonstances l'espoir renait avec la possibilité d'une nouvelle candidature pour l'année suivante. Le Professeur Ferdinand Heckenroth (figure 2), professeur de médecine coloniale à la faculté de médecine de Marseille et relation de Niboyet est désigné comme nominateur pour le Nobel 1951.

Figure 2. Ferdinand Heckenroth (1880-1959). Ancien Médecin Général Inspecteur des troupes coloniales en Indochine et professeur de médecine coloniale à la faculté de médecine de Marseille.

Il s'agit donc de convaincre le Pr Heckenroth de proposer à nouveau la candidature de Soulié de Morant. Mériel écrit à Niboyet "Tant mieux que le Pr. Heckenroth ait été désigné pour le prix Nobel, mais il m’est impossible de lui écrire, il pourrait prendre ma lettre pour une tentative de pression sur lui et cela irait à l’encontre du but cherché. Seul vous pouvez en lui rappelant les expériences auxquelles il a assisté lui suggérer l’idée de proposer M. Soulié de Morant et au cours de la conversation lui glisser que je l’avais fait moi-même l’an dernier, que j’avais envoyé tous les ouvrages de l’auteur à Stockholm. S’il veut me demander des renseignements, bien entendu vous pouvez penser que je ne les lui refuserai pas et qu’alors je serai plus libre pour appuyer sur la chanterelle" [2].

Niboyet répond à Mériel en lui rapportant un curieux incident :

"Pour le Prof [Professeur] Heckenroth je vais puisque vous m’y autorisez me " jeter à l’eau " et vais tacher de plaider la cause de Soulié de mon mieux. Le seul ennui, cela tout à fait entre nous, c’est que le Dr Ferrerolles [Ferreyrolles] que vous connaissez a dit devant moi à Heckenroth que S de M [Soulié de Morant] n’avait jamais fait d’acupuncture en Chine et qu’il l’avait débuté avec lui en faisant en France des traductions chinoises !! J’ai protesté de mon mieux, mais je crois qu’entre moi et Ferrerolles [Ferreyrolles], Heckenroth balance ! C’est pourquoi, je crois, vous seul pouvez qq [quelque] chose. Mais évidement le mieux est que Heckenroth vous écrive d’abord. Je vais m’y employer" (figure 3 [2]).

Le Pr Heckenroth ne présentera pas la candidature de Soulié de Morant, mais celle de la cardiologue américaine Helen Taussig pour ses travaux sur la chirurgie de la tétralogie de Fallot.

Figure 3. Lettre de JEH Niboyet à Paul Mériel rapportant le témoignage de Paul Ferreyrolles sur Soulié de Morant (octobre 1950) [5].

Le Pr Heckenroth avait assisté à des expériences sur l'acupuncture menées par Niboyet. Parmi les autres observateurs figurait le Dr Paul Ferreyrolles. À une de ces occasions ce dernier a donc affirmé devant Niboyet et Heckenroth que Soulié de Morant "n'avait jamais fait d’acupuncture en Chine et qu’il l’avait débuté avec lui en faisant en France des traductions chinoises".

Un témoin capital

Ce témoignage est capital par la nature des relation entre Ferreyrolles et Soulié de Morant. Ferreyrolles, médecin thermaliste à la Bourboule, fait la connaissance de Soulié de Morant en 1927 à l'occasion de soins donnés à sa fille. C'est cette rencontre entre le thermaliste par ailleurs homéopathe et celui qui se présente comme ancien consul de France en Chine qui déclenche le processus de réception de l'acupuncture en France. Ferreyrolles est la première personne attestée qui évoque l'acupuncture avec Soulié de Morant. Ensemble ils commencent sa mise en pratique et ils sont co-auteurs de l'article princeps de 1929 (figure 4 [1]).

Paul Ferreyrolles avait donc une idée très précise des connaissances effectives de Soulié de Morant avant 1927 et son témoignage est très clair : Soulié de Morant n'a jamais appris l'acupuncture durant son séjour en Chine et n'a commencé à s'y intéresser qu'à partir de 1927, moment où il le sollicite sur le sujet. Leur correspondance des années 1927-1930 est d'ailleurs très explicite [6].

Figure 4. L'article princeps de M. G. Soulié de Morant (Consul de France en Chine) et du Dr P. Ferreyrolles (de la Bourboule) publié dans le numéro de juin 1929 de l'Homœopahie Française [1].

La confirmation de l'analyse des archives

Le témoignage de Paul Ferreyrolles rapporté par Niboyet, lui-même élève de Soulié de Morant, a une haute valeur. Mais il ne vient jamais que confirmer ce que révèle une analyse détaillée des archives [2]. L'histoire de Soulié de Morant rapportée par lui-même ou dans ses hagiographies [7-9] est une fable. Il n'a jamais été en poste en Chine avec le titre de Consul, il n'a jamais appris l'acupuncture durant son séjour en Chine, l'épisode révélateur de l'épidémie de choléra est une invention, il n'a jamais été récompensé par le vice-roi du Yunnan par un bouton de corail pour sa connaissance de la médecine chinoise… Toute sa pratique est une reconstruction et une réinterprétation à partir des sources surtout japonaises qui lui étaient alors disponibles. C'est une co-construction avec Ferreyrolles pour la période initiale [2].

Le mythe

Dans un cadre rationnel et académique la mise au jour de l'imposture de Soulié de Morant a des conséquences. Elle conduit :

  1. À s'interroger sur la crédibilité du personnage et la validité de ses contributions.
  2. À une réflexion sur le contexte de la réception de l'acupuncture en France :
    • L'orientalisme qui a transféré à l'acupuncture tous les stéréotypes occidentaux sur la Chine.
    • Le néohippocratisme puis le New Age qui ont instrumentalisé l'acupuncture dans un mouvement spiritualiste et anti-scientifique.
  3. À un réexamen critique de l'histoire de l'acupuncture en France, des pratiques et du corpus enseignés.
  4. À une définition claire du cadre médical de l'acupuncture, ses frontières, ses contenus, méthodes et objectifs.

Inversement là où le mythe perdure c'est qu'il a une fonction. Un mythe n'a nul besoin d'être vrai, ce qui est important c'est le sens qu'il donne aux choses. Il s'agit là du mythe fondateur à partir duquel s'est façonnée en France une vision fantasmée et ésotérique de l'acupuncture. Soulié de Morant est celui qui permet de se croire porteur d'une acupuncture authentique abandonnée par la Chine moderne et subvertie par la science.

Dr Johan Nguyen

Références

  1. Soulié de Morant G et Ferreyrolles P. L’acupuncture en Chine vingt siècles avant J.C. et la réflexothérapie moderne. Homéopathie Française. 1929;juin:403-16.
  2. Nguyen J. La réception de l’acupuncture en France, une biographie revisitée de George Soulié de Morant (1878-1955). Paris: l’Harmattan. 2012: 220p.  [extraits  🔓]
  3. Soulié de Morant G. L’acuponcture chinoise. Paris: Jacques Lafitte. 1957.
  4. https://www.nobelprize.org/nomination/archive/
  5. Pernice C. Correspondances de Jacques-Emile Niboyet (1948-1953). Collège Français d’Acupuncture et MTC. 2012.
  6. Correspondance George Soulié de Morant. Musée de la médecine chinoise en Occident, Kunming.
  7. Jacquemin J. George Soulié de Morant, sa vie, son œuvre. Revue Française d’Acupuncture.
    1985;42:9-31. |URL|
  8. Wei Thiong Chan Way Tim. George Soulié de Morant. Méridiens. 1987;79:1-124. |URL|
  9. De Noblet A. Un ami de Judith Gautier : George Soulié de Morant. Les Carnets de l’Exotisme. 1995; janvier:25-9. |URL|
Vues : 1 146

Mots-clés : Histoire


Imprimer

Une remarque, une question ? Laissez un commentaire.




Thematiques

Votre recherche

Abonnement à notre infolettre
Abonnez-vous pour être informé des derniers articles et formations mis en ligne
Thanks for signing up. You must confirm your email address before we can send you. Please check your email and follow the instructions.
Nous respectons votre vie privée. Vos informations sont en sécurité et ne seront jamais partagées.
Don't miss out. Subscribe today.
×
×